Épuisement professionnel, burn-out, bore-out… prévenir, faire face, se reconstruire,…

Burn-out, bore-out, épuisement professionnel

Épuisement professionnel, burn-out, bore-out… prévenir, faire face, se reconstruire,…

Les professionnels confrontés à ces épreuves que l’on désigne par ces termes d’épuisement professionnel, burn-out, bore-out, expliquent souvent leur difficulté par une dégradation progressive, souvent vécue dans une forme de solitude ou d’impossibilité à trouver les soutiens pertinents. Ils comparent l’expérience à une glissade sur une pente de plus en plus raide, à l’impossibilité de sortir d’une spirale négative, à une tension de plus en plus forte, jusqu’au moment où l’élastique casse…

L’encadrement, les collègues, les témoins d’une dégradation de l’état de santé et des capacités d’un professionnel, disent souvent à quel point ils se sentent démunis et impuissants…

Pourtant aujourd’hui le phénomène ne surprend plus et nous avons appris que prévenir l’épuisement professionnel, le burn-out, le bore-out, y faire face, aider les personnes impactées à se reconstruire, cela demande de mobiliser des approches complémentaires et souvent des ressources extérieures au système, à l’organisation.

De l’analyse préventive à l’accompagnement des salariés fragilisés, cela demande aussi aux acteurs de savoir gérer des positionnements qui peuvent être délicats face à la complexité de certaines situations…

Définitions

L’épuisement professionnel est un état de fatigue générale se traduisant par un affaiblissement physique, une exténuation émotionnelle, des sentiments de désespoir, une perte de concentration, une fatigue intellectuelle ainsi que par le développement d’une attitude négative aussi bien vis-à-vis de soi-même, que de son travail, de la vie et des gens. L’épuisement professionnel est l’aboutissement d’un très haut niveau de stress au travail maintenu trop longtemps.

(Source APSAM)

Pour le burnout :
Ensemble de réactions consécutives à une situation de stress chronique, qui se caractérise par :

      • Épuisement émotionnel
      • Dépersonnalisation / cynisme
      • Sentiment de non-accomplissement qui provient d’un écart entre la représentation du métier et la réalité du travail
      • Des conflits intérieurs : ainsi le burn-out touche davantage les professions demandant un investissement personnel (et/ou affectif) particulièrement important ou peut résulter de « l’incapacité de la personne à résoudre un conflit lié à la perte de sens de son travail » (Bernier)

Pour le bore-out :
Ensemble de réactions consécutives à un manque de sollicitation et de stimulation au travail, favorisée par :

      • Baisse ou manque d’activité
      • Absence de missions définies
      • Tâches peu valorisantes, inadéquation poste / niveau compétences
      • Privation d’autonomie
      • Modes de travail jugés inefficaces
      • Perte de repères, climat d’attente anxiogène en lien avec des changements ou réorganisations
      • Isolement des collègues ou de l’environnement de travail habituel / « placardisation »

Risque de rupture d’équilibre autour de la centralité du travail
« La différence entre le burnout et le bore-out, c’est la honte. Avoir beaucoup de travail est dans le vent ! Nous sommes dans une société qui valorise la suractivité. Celui qui au contraire n’est pas actif est honteux, il a la sensation de voler son salaire. Il devient même coupable. »

Le stress est-il un mal de notre temps ?

D’après Hans Selye, premier chercheur à avoir mené des approfondies sur le sujet, « Le stress est une réponse de l’organisme pour s’adapter à tous les changements et faire face aux stimulations, aux contraintes de notre entourage».

Dans toute société, les individus sont confrontés au changement. Dans notre monde actuel, le rythme des changements s’est fortement accéléré et la complexité des systèmes est plus grande.

Les dangers d’un état de stress prolongé ou répétitif

Dans les expériences de stress prolongé l’on peut identifier trois phases :

      • La phase d’alerte

Lorsqu’un changement survient, une première réaction de notre organisme permet de faire face a la situation.

      • La phase de résistance

Lorsque la source de stress se maintient, une seconde réaction permet de prolonger l’action et d’entrer dans une phase d’endurance.

Lorsque le stress est important, lorsqu’il se prolonge dans le temps, ou si nous sommes confrontés de manière répétitive au même stress, il y a dysfonctionnement. Le système immunitaire peut être inhibé et la personne se fragilise.

      • La phase d’épuisement

Lorsque la situation stressante persiste, l’organisme s’épuise. Les capacités de résistance sont débordées et la maladie survient.

Qui est exposé aux risques d’épuisement professionnel ?

Comment se prémunir soi-même de ce risque ? Pour les acteurs de l’organisation l’une des clés essentielles se situera dans une bonne connaissance de soi.

Par exemple, la vigilance s’imposera pour la personne qui répond positivement à plusieurs des aspects suivants :

      • ne pas avoir le temps de digérer ses expériences émotionnelles ;
      • ne pas avoir le temps de tirer les leçons de ses erreurs ;
      • se percevoir comme incapable de dire non ;
      • se percevoir comme très exigeant envers soi-même ;
      • avoir toujours le sentiment que son travail n’est pas assez bon ;
      • avoir régulièrement des doutes sur sa légitimité ou sa compétence ;
      • avoir peur de l’erreur et craindre toute forme de contrôle et d’évaluation ;
      • avoir l’impression d’être soumis à des exigences déraisonnables ;
      • avoir l’impression de fonctionner de façon mécanique et de ne plus pouvoir prendre de recul ;
      • avoir l’impression que les autres ont des doutes sur notre légitimité ou nos compétences ;
      • avoir l’impression que son travail n’est pas apprécié ;
      • avoir l’impression de ne pas être à sa place.

Apprendre à gérer son stress, aider à gérer le stress

Souvent opposées, la solution individuelle (le professionnel étant invité à apprendre à gérer son stress) et la solution systémique (l’organisation étant incitée à se réformer) gagnent en réalité le plus souvent à être associées.

Burn-out, bore-out, épuisement professionnel
Burn-out, bore-out, épuisement professionnel