Le changement ou la continuité ? ...et les RPS dans tout cela ?

La situation que nous venons de vivre et que nous vivons encore se distingue principalement par deux aspects :

• un changement, tellement global qu’il s’est imposé à la moitié de l’humanité,
• une part importante d’incertitude, qui demeure.

Alors, quand la préoccupation d’assurer la continuité de l’activité devient prioritaire, paradoxalement, les RPS pourraient être oubliés au moment même où ces risques sont peut-être les plus conséquents.
Une suggestion : entre distances et résilience, sachons maintenir notre vigilance !

Trouver, retrouver du sens après la prise de distance collective du confinement ?

La crise actuelle remet en question beaucoup de nos certitudes, et la prise de recul « forcée » vécue durant le confinement a fait naître beaucoup d’interrogations quant à notre vision de l’avenir, y compris professionnel. Dès le début du confinement, la finalité du travail de chacun a été questionnée, entre des salariés immédiatement réquisitionnés dans la gestion de la crise et d’autres se retrouvant subitement sans activité et dont le sentiment d’utilité sociale a pu être éprouvé. En cette période qui nous incite à nous recentrer sur l’essentiel, la valeur et le sens du travail figurent au premier plan. La nature, la finalité de notre métier, mais aussi les conditions d’exercice et le management du travail sont remis en question. L’expérimentation du télétravail nourrissant parfaitement ces réflexions.

Si les professionnels en première ligne dans cette crise sont aujourd’hui valorisés socialement, qu’en sera-t-il demain ?

Comment préserver l’engagement et la motivation des équipes, aussi bien celles mobilisées depuis le début de la crise, que celles ayant dû s’adapter pour fonctionner différemment, ou celles mises à l’arrêt ?

Autrement dit, comment prévenir l’épuisement professionnel, qui, on le sait, naît avant tout d’un conflit intérieur, lié à la perte de sens dans son travail ?

Si la période que nous vivons nous rend particulièrement vigilants à notre santé et celles de nos proches, pensons aussi à celle de nos collègues, de nos salariés. L’ensemble des secteurs d’activité sont actuellement invités à repenser leur organisation de travail mais aussi l’accompagnement de leurs salariés dans cette crise sanitaire, doublée d’une crise de sens majeure. Pour protéger le travail et l’économie, il sera nécessaire de protéger les salariés des risques, sanitaires mais aussi psychosociaux et de susciter leur adhésion quant aux défis et au futur que leur laisse entrevoir leur entreprise !

La résilience, nouveau défi du leadership ?

La Chine, qui fait beaucoup parler d’elle en ce moment, est aussi ce pays, qui depuis bien longtemps, nous invite à envisager les crises comme des opportunités.

Le défi est alors celui de la résilience : pour le leader, la situation avec ses pertes, ses risques et ses incertitudes, lui demande de mobiliser ses propres ressources de résilience et d’accompagner cette même dynamique au sein de son équipe pour qu’elle puisse faire face aux épreuves rencontrées en les envisageant comme des défis, qui lui offrent la chance de nouvelles victoires.

Lors de la période que nous venons de vivre, nombreux sont les responsables et dirigeants qui ont vu s’écrouler, en quelques jours ou semaines, les tableaux qu’ils croyaient relativement fiables de leurs projections et prévisions à 3 mois, 6 mois ou plus. En un rien de temps des agendas se sont vidés et des bureaux, des ateliers, des parkings aussi. Face à des changements d’une telle ampleur, nos réactions individuelles et collectives nous portent souvent à voir avant tout les pertes, les risques et les difficultés nouvelles que génèrent les événements. L’émotion dominante et contagieuse, entre crainte et angoisse, sera alors généralement la peur, dont la sagesse populaire nous a appris depuis longtemps qu’elle pouvait être mauvaise conseillère. La peur présente en tout cas de nombreux inconvénients comme, par exemple, de renforcer les réflexes de repli sur soi (ce qui bride la coopération) et de privilégier les solutions connues (ce qui bride la créativité). Comment sortir, alors, de cette spirale négative ? Et comment mobiliser les ressources positives de l’équipe ?

Face à l’incertitude et aux risques de dégradation de la situation, l’enjeu prioritaire pour tout responsable sera de pouvoir aider son équipe à retrouver au plus vite une vision commune et ceci dans les deux sens du terme : vision commune de la situation (des aspects objectifs, des éléments d’analyse, des enjeux, etc…) et vision d’un chemin possible, ne serait-ce que des prochains pas et des priorités pour la prochaine étape.

Le défi du leadership consistera alors à savoir au plus vite dessiner, avec elle, le nouveau défi de son équipe.

Partageant un cadre commun et un projet positif, même modeste, l’équipe pourra goûter à nouveau la satisfaction d’une efficacité partagée et renforcer ainsi progressivement son capital de confiance, sortir des pièges de la peur, du découragement et de la résignation pour rentrer dans l’expérience grisante de la résilience.

Sur cette période, vous souhaitez :

Accompagner l’encadrement de votre entreprise et les salariés en détresse ou ayant vécu des situations potentiellement traumatiques – Maintenir l’importance de la QVT et des enjeux RSE parmi les priorités de l’organisation – Faire de l’expérience individuelle de la crise une expérience collective – Retrouver de la motivation, reconstruire le sens – Tirer les conséquences de l’expérience pour renforcer les compétences qui ont fait défaut et corriger les manques identifiés ou répondre à d’autres besoins et mener d’autres projets que nous pouvons étudier ensemble

Notre approche et nos spécificités :

Pour vous aider à relever tous vos défis nous mobilisons les compétences d’une équipe pluridisciplinaire de formateurs, coachs, facilitateurs et médiateurs associés à des experts reconnus (psychologues du travail, ergonomes, etc…) :
– avec tous les avantages de la proximité
– avec la souplesse nécessaire pour élaborer des solutions sur-mesure
– avec une démarche originale privilégiant la qualité relationnelle et associant notamment diagnostic, accompagnement, formation, facilitation et médiation
– avec des possibilités de prestations à distance et des propositions nouvelles adaptées aux besoins de la période

Nous vous proposons :

– de procéder à une réévaluation des RPS avec prise en compte des nouveaux facteurs de RPS (travail multi-tâche, télé-travail, etc…) et mise en place d’actions spécifiques,
– de mettre en place une Cellule d’écoute et de soutien psychologique et/ou debriefing psychologique (individuel ou collectif), notamment pour prévenir le Stress PostTraumatique.
– des accompagnements sous forme de coaching individuel ou d’équipe
– des nouvelles prestations à distance (formation, accompagnement ou facilitations)
– des ateliers de gestion de stress par des techniques brèves et de nombreuses autres actions à définir ensemble.

Offres découverte

Notre conseil psy : tenons compte des signaux faibles

L’actrice Michèle Morgan aimait raconter l’expérience qu’elle avait vécue, lors d’un voyage en voiture avec le réalisateur Roberto Rossellini et sa femme Isabella. Ensemble, ils roulaient de nuit dans une région montagneuse du nord de l’Italie quand Roberto Rossellini, qui conduisait, avait soudainement décidé d’arrêter la voiture et décrété qu’ils allaient passer le reste de la nuit à l’endroit où ils étaient arrivés, en expliquant qu’il se passait quelque chose d’anormal : il avait aperçu à plusieurs reprises les phares de voitures venant au loin et, pour autant, depuis un bon moment ils n’en avaient croisé aucune… Le lendemain matin, quand ils se remirent en route, ils découvrirent un peu plus loin qu’un pont s’était effondré et que des voitures étaient tombées dans le ravin. Cette histoire nous rappelle l’importance de prêter attention aux signaux, même faibles, aux changements de comportement, aux réactions inhabituelles qui peuvent manifester des fragilités plus profondes. Il convient alors de s’arrêter pour y voir plus clair…

En corps et encore !

Une pratique de yoga simple et rapide pour me recentrer et calmer mon stress : j’appuie avec mon pouce droit sur ma narine droite et j’inspire profondément par ma narine gauche. Lorsque j’atteins l’inhalation maximale, je couvre ma narine gauche avec mon pouce gauche et expire par la narine droite. Puis j’inspire à nouveau par la narine droite et je poursuis ainsi pendant une ou deux minutes jusqu’à retrouver une qualité de concentration et d’énergie plus satisfaisante.

La question du coach :

Pour transformer en opportunité le changement subi, quel changement volontaire pourrais-je engager ?

L’art… de mieux être

Une envie de m’évader 2 minutes ? La Bulle d’O, un concentré poètico-méditatif